Rubrique santé

La France est le deuxième pays qui enregistre les dépenses de santé les plus élevées en proportion du produit intérieur brut (PIB), derrière les Etats-Unis. En France, 79% des dépenses de santé réalisées en 2007 étaient financées par des fonds publics. Le reste étant pris en charge à hauteur de 13% par l'assurance privée et le solde directement par les patients. Pour donner un ordre d'idée plus précis, En 2008 l'OCDE, à calculé que la dépense moyenne annuelle de frais de santé s'élevait à 3 696 dollars par habitant pour notre pays.

Les dépenses de santé en France : qui paie quoi ?

Rubrique santéA un premier niveau, c'est l'assurance maladie obligatoire (AMO) qui participe au remboursement des dépenses de santé. Sa contribution est variable en fonction de la nature des soins et des pathologies dont sont atteints les assurés. Notre rubrique santé en parle suivant certains articles.

Par exemple 15% pour le remboursement de médicaments reconnus avec une très faible utilité médicale, 70% pour les consultations des médecins et 100% pour les interventions chirurgicales dont la valeur de l'acte technique est supérieure à 120 €.

Les dépenses de santé financées par l'assurance maladie progressent plus vite que le pouvoir d'achat et entrainent des déficits chroniques que les gouvernements successifs tentent d'endiguer sans réel succès. Le financement de l'assurance maladie est assuré par les cotisations versées par les employeurs, les salariés, des impôts, taxes et contributions diverses.

Au deuxième niveau, C'est l'assurance complémentaire santé (AMC) qui vient compléter les remboursements de l'assurance maladie obligatoire.

La gestion est effectuée par des organismes privés qui sont, des mutuelles régies par le code de la mutualité, des compagnies d'assurances régies par le code des assurances et des Institutions de prévoyance régies par le code de la sécurité sociale.

La souscription de cette couverture complémentaire santé peut revêtir un caractère obligatoire pour les salariés qui travaillent dans des entreprises rattachées à des branches professionnelles bénéficiant d'accord collectifs. Pour les entreprises indépendantes, la mise en place d'une assurance complémentaire santé obligatoire peut se faire à l'initiative de l'employeur. Les personnes ne bénéficiant pas de cet avantage peuvent souscrire une assurance complémentaire santé individuelle.

Au Troisième niveau c'est l'assuré lui-même qui devra financer ses dépenses de santé après l'intervention de l'AMO et de L'AMC. C'est ce que l'on appelle le reste à charge.

Que faut-il entendre par reste à charge ?

Bonne mutuelle1. Le reste à charge incontournable, Il est composé principalement de la contribution forfaitaire de 1 € sur les actes médicaux, des franchises sur les conditionnements de médicaments, les actes effectués par les auxiliaires médicaux, les frais de transports et les pénalités appliquées par l'AMO en cas de non respect du parcours de soins.

2. Le reste à charge variable, ce dernier va surtout dépendre des honoraires pratiqués par les médecins du secteur 2 et le niveau de garantie de l'AMC.

3. Le reste à charge de confort résultant du choix de l'assuré et qui n'est jamais remboursé par l'AMO et ou la participation de l'AMC reste facultative et souvent peu significative par rapport aux prix de marché comme pour l'implantologie, les kératectomies ou encore l'orthodontie adulte.

C'est pourquoi Mutuelle.com publie régulièrement des articles dans sa rubrique santé.

Communiquons Demandez à être rappelé

Ou consultez la foire aux questions