Prévention, appareils auditifs, prise en charge : tout savoir sur la déficience auditive

La surdité est un problème de santé qu'il ne faut pas prendre à la légère. Si on l'associe souvent aux personnes âgées, elle touche également de plus en plus de jeunes, qui, persuadés d'être à l'abri de troubles auditifs se moquent des décibels. Dans une société du bruit, où tout s'écoute toujours plus fort, près de 5 millions de personnes souffrent de troubles de l'audition. Un problème auquel de nombreuses enseignes, à l'instar de Viva'Son, apportent des solutions en proposant conseil, service et appareillage adaptés aux divers troubles auditifs.

Prévenir la déficience auditive

« Mieux vaut prévenir que guérir » : pourquoi attendre d'être malentendant et isolé du reste du monde pour réagir ? Les problèmes de surdité décelés à temps peuvent être traités efficacement et rapidement.

Il est aujourd'hui on ne peut plus simple de se soumettre à un test auditif. Le médecin traitant, un ORL ou un audioprothésiste sont les plus à même de réaliser ce type de mesures. « Il ne faut pas attendre que la gêne s'installe car plus on tarde, plus la perte auditive fait son chemin », conseille Michel Touati, audioprothésiste et directeur des centres Viva'Son.

Les troubles de la compréhension sont faciles à détecter, notamment grâce à l'aide de l'entourage : quand une personne commence à faire répéter souvent ses interlocuteurs, ou ne saisit pas toujours tous les éléments d'une phrase, la consultation s'impose.

Indolores, les tests auditifs prennent peu de temps. « On mesure les performances de l'oreille mais également la compréhension cérébrale avec d'autres tests car certaines personnes entendent tous les bruits mais ne comprennent pas forcément ce qu'on leur dit pour autant, explique Xavier Didier, audioprothésiste d'un des centres Viva'Son. On mesure l'audition fréquence par fréquence afin d'obtenir un audiogramme qui va permettre de visualiser la perte auditive dont souffre le patient. »

Le devis des meilleurs remboursements pour l'audition
Conjoint(e): Oui Non JE COMPARE

Les solutions d'appareillage auditif

« Il y a un stigma qui est attaché à l'appareil auditif. Souffrir de perte auditive est souvent vécu comme un handicap. Il existe aujourd'hui des solutions technologiques merveilleuses qui permettent de mieux vivre, car il est plus important de rester à l'écoute, que de s‘isoler », rappelle Michel Touati, fondateur de l'enseigne Viva'Son, qui équipe aujourd'hui des patients de prothèses auditives dans toute la France.

« Toute la partie avant l'oreille interne c'est de la mécanique, c'est à dire que l'on peut intervenir dessus : problème d'osselet, de tympan, bouchons…etc., précise Xavier Didier. Dès que l'on atteint l'oreille interne, soit on met un implant, soit il faut recourir à un appareillage.»

Il existe différents types d'appareils auditifs : les contours d'oreilles classiques, les micro-contours d'oreilles et les intra-auriculaires. Plus ou moins discrètes, ces prothèses correspondent à différentes indications en fonction du trouble de l'audition du patient. Les appareils auditifs sont complétés par des accessoires permettant d'améliorer leur efficacité et le confort de la personne qui les porte.

Côté budget, le contour d'oreille est l'appareil le plus économique : il faut en moyenne prévoir un budget allant de 690 euros pour un appareil analogique à plus de 2000 € pour un appareil numérique.

Le coût des prothèses intra-auriculaires est beaucoup plus élevé : les prix démarrent autour de 2500 euros pour un appareil externe, et peuvent monter jusqu'à 23 000 euros, si le patient doit se faire poser un implant, car cette opération nécessite une intervention chirurgicale et une hospitalisation. Ces implants ne sont néanmoins nécessaires qu'en cas de surdité sévère.

Le prix des appareils varie en fonction des marques : Starkey, Phonak, Amplifon... et de leur technologie. « Chez Viva'Son, les produits sont montrés, tout comme leur fiche technique détaillant leurs caractéristiques et leurs prix, affirme Michel Touati. Nous travaillons avec tous les fabricants, marques et modèles.

La prise en charge d'une prothèse auditive

Les besoins et budgets des patients sont tous différents : un appareillage auditif ne doit pas être synonyme de gouffre financier. Onéreuses, les aides auditives sont prises en charge par la Sécurité sociale, les mutuelles et complémentaires santé, qui aident à alléger les coûts pour le patient. Avant tout engagement, un devis détaillé des frais à avancer lui est soumis afin de lui permettre de s'orienter dans son choix.

Le remboursement par la Sécurité sociale

La prescription médicale et la feuille de soin, délivrées par un audioprothésiste, sont obligatoires pour pouvoir bénéficier d'un appareillage. Pour que l'appareil auditif soit remboursé, il doit de plus figurer sur la liste des L.P.P (liste des produits et prestations remboursés par l'Assurance Maladie).

Le remboursement des aides auditives varie en fonction de la catégorie à laquelle ils appartiennent. En effet, les appareils auditifs sont classés par catégories allant de A à D.

Le tarif servant de base au remboursement par classe est de :

Le remboursement des appareils auditifs dépend également de l'âge du patient : les moins de 20 ans bénéficient d'un remboursement de 65% sur la base du tarif défini par la catégorie de leur appareil, tandis que les plus âgés voient leurs prothèses auditives remboursées à 65 % sur une base de 199,71 €, quel que soit le type d'appareil.

Pour les patients qui ne bénéficient pas de la sécurité sociale, mais sont inscrits à la CMU (couverture maladie universelle), des modalités de remboursement particulières sont mises en place. Il est conseillé de se rapprocher de sa caisse d'assurance maladie Pour en connaître les détails.

Les mutuelles et organismes complémentaires

Une fois la part de la sécurité sociale remboursée, la mutuelle prend le relais. Le remboursement tient compte du contrat auquel a souscrit le patient. Certains sont d'ailleurs spécifiques au remboursement d'appareils auditifs.

Pour connaitre le remboursement auquel on a droit, le plus simple est de se rendre chez son spécialiste avec sa carte de mutuelle : il pourra déterminer le montant de la prise en charge et établir différents devis adaptés au budget du patient. « Ces devis sont établis pour au moins deux ou trois modèles différents, dont une solution économique, détaille ainsi Michel Touati, fondateur de l'enseigne Viva'Son. Notre volonté est de rendre l'appareillage de qualité accessible à tous. »

Communiquons Demandez à être rappelé Déposez vos questions

Ou consultez la foire aux questions