La prévention du risque auditif

Tout le monde est concerné par le risque auditif. Si on pense souvent que les problèmes auditifs ne concernent que les plus âgés, il faut savoir que beaucoup de jeunes sont également touchés par ce type de trouble. Quelles sont les solutions pour les éviter ? Comment agir ?

Problème auditifLa surdité est un handicap

Qu'est-ce que le risque auditif ?

Musique écoutée trop forte dans des écouteurs ou lors de concerts, exposition fréquente au bruit, les problèmes d'audition peuvent toucher n'importe qui. Un trouble auditif peut se déclarer immédiatement, comme le sifflement et les acouphènes, ou arriver petit à petit sans que l'on s'en rende réellement compte. Le s personnes qui travaillent dans des endroits bruyants – chantiers, usines, discothèques, bars… - sont davantage soumis aux risques auditifs que les autres. Simple fatigue de l'oreille ou trouble irréversible, les conséquences d'une exposition à des fréquences sonores trop élevée, occasionnelles ou quotidiennes, sont variables selon les individus. L'oreille est extrêmement fragile, c'est pourquoi la lésion la plus minime peut rapidement impliquer un grave problème auditif. Un problème qui nécessitera de consulter un spécialiste tel qu'un audioprothésiste afin de diagnostiquer la nature du trouble et d'agir en conséquence, notamment en appareillant ou non.

Le risque auditif peut engendrer divers types de troubles, graves et moins graves.

Le sifflement : la sensation d'entendre un sifflement qui ne s'arrête pas devient vite insupportable. Toujours présent, il résonne dans notre tète sans que nous ne puissions nous en débarrasser. Il est fréquent d'être victime de ce type de désagrément en sortant d'un concert, au cours d'une fête trop bruyante, ou suite à un bruit assourdissant. Pour que le sifflement disparaisse, il est conseillé de se reposer dans un endroit calme durant au moins 12 heures. S'il perdure, on le qualifiera alors d'acouphène.

L'hyperacousie : elle se caractérise par une hypersensibilité de l'oreille à partir d'une certaine fréquence atteinte. Un bruit qui jusqu'alors semblait normal et tout a fait supportable devient intolérable.

La surdité : c'est la conséquence la plus grave des atteintes auditives. Qu'elle soit de transmission ou de perception, elle se caractérise par une atteinte de l'oreille. La surdité de perception entrainera des lésions de l'oreille externe quand la surdité de transmission aura un impact sur le bon fonctionnement de l'oreille moyenne ou interne. Quoi qu'il en soit, une intervention chirurgicale ou une prothèse auditive seront indispensables pour retrouver une bonne écoute. « La partie précédant l'oreille interne, c'est de la mécanique (problème d'osselet, de tympan, bouchons, etc.). Dès que l'on dépasse l'oreille interne, il faut recourir à un appareillage, voir à un implant qui est une opération médicale beaucoup plus lourde », explique Xavier Didier, audioprothésiste du centre de Lille.

Les solutions pour prévenir le risque auditif

C'est à partir de 85 décibels que le système auditif peut être lésé. Pour éviter d'être victime de troubles auditifs, il faut prendre plusieurs mesures et précautions.

Si vous êtes amené à travailler dans un endroit assourdissant, vous devez effectuer vos tâches en portant un casque ou des bouchons de protection. Selon la réglementation du travail, tout salarié sujet à une exposition au bruit durant une journée de huit heures consécutives est obligé de porter un casque.

Si vous aimez sortir, assister à des concerts ou passer la soirée en discothèque, il est important de vous aérer de temps à autre afin de vous éloigner du bruit. Cela qui permet à l'oreille de se reposer et de moins souffrir des forts décibels.

En écoutant de la musique chez soi, dans une voiture ou avec des écouteurs, il y a un moyen très simple de vérifier si le son est trop fort. Si vos voisins entendent la musique diffusée dans le casque ou à l'extérieur de la voiture, c'est que le volume du son est trop élevé et représente un danger pour l'oreille.

La fatigue peut également être responsable de troubles auditifs. Si nous sommes fatigués, l'oreille l'est aussi et est fragilisée. Il faut se tenir éloigné de toute source sonore, enceinte ou autre, pour éviter d'être confronté aux risques auditifs.

Enfin, afin de prévenir le risque auditif, il est important de réagir dès les premiers signes. Aucune gêne auditive n'est à prendre à la légère, car on ne peut savoir quelles sont les lésions causées par une exposition au bruit. Pour cela, un passage chez un médecin ou chez un audioprothésiste est indispensable. « Il ne faut pas attendre que la gêne s'installe car plus on tarde, plus la perte auditive fait son chemin et l'appareillage est moins performant », explique Michel Touati, fondateur de Viva'son.

Si un appareillage est nécessaire, le spécialiste orientera le patient vers ce qui lui convient en prenant en compte son problème mais également son budget. A noter que la sécurité sociale et les mutuelles prennent en charge une bonne partie du coût de cet appareillage. Une fois encore, tout dépendra de la mutuelle choisie, auprès de laquelle il est conseillé de se rapprocher avant de choisir sa prothèse auditive.

Les événements autour du risque auditif pendant la 10ème édition de la Semaine du son

La Semaine du Son est un événement ayant pour objectif de sensibiliser les personnes aux différents risques liés au bruit et aux solutions existantes. Cette 10ème édition, parrainée par Jacques Weber, se tiendra du lundi 14 au samedi 19 janvier à Paris, puis partout en France du 20 au 27 janvier. Cet événement gratuit sera ponctué de concerts, ateliers, débats et conférences. Les risques auditifs y seront abordés parmi une multitude d'autres thèmes en rapport avec le son à travers différents rendez-vous, en partenariats avec vos mutuelles.

Pour retrouver le programme complet des évènements de la semaine du son : http://www.lasemaineduson.org

Communiquons Demandez à être rappelé

Ou consultez la foire aux questions